Togo: qui étaient les fossoyeurs de la BTCI et de l’UTB ?

27avril.com





Mais…qui sont ces personnes qui ont mis nos dernières banques nationales, BTCI et UTB, à terre ? Qui sont ces personnes qui ont fait passer dans le négatif les ressources propres de nos banques togolaises?

Lire aussi:Fusion UTB- BTCI: comment le FMI a fait capoter l’opération

Prenons d’abord la BTCI

Qui étaient les dirigeants ?

Il y a d’abord eu Yao Kanekatoua puis Etienne Bafaï qui s’est entouré de 3 lieutenants: Yves Nana (l’ex mari de ma sœur Ingrid Awade de la CNSS), Laurent Tchamsi et Symphor Ziadji. Je vous épargne les membres des différents conseils d’administration ou comités de suivi qui se sont régulièrement succédés afin de veiller à la bonne gestion de cette boîte(se remplir les poches)…sauf celui qui a été le plus nuisible de tous : Barry Moussa Barqué. Ce dernier a été l’un des meilleurs fossoyeurs de la BTCI.

À un moment donné et en remplacement de Etienne Bafaï, une dame réputée rigoureuse, Mme Amorin Lady, fut nommée Directrice Générale par intérim. Mais comme la médiocrité est la marque de fabrique du régime, elle fut rapidement remplacée par Marguérite Gnakadé, une des nombreuses concubines de Sa Majesté Champion Premier et épouse du tristement célèbre Ernest, demi-frère ce premier. Après moult crimes économiques, dame Gnakadé est à son tours débarquée puis remplacée durant la période de la fusion BTCI-UTB par Kadévi Akakpo (un ancien directeur de département de l’ex Banque Togolaise pour le Développement, BTD à la retraite). Il est toujours en poste.

Lire aussi:BTCI-UTB : Les dessous de l’annulation du processus de fusion

Allons voir ensuite du côté de l’UTB.

Qui étaient les dirigeants de cette boîte?

Je commence par la période d’un certain Alexis Lamseh Looky, Directeur Général (il est décédé depuis un moment). Il fut par la suite remplacé par Yaovi Attigbé Ihou. Il est actuellement député et haut cadre unir (il fut ministre). Lui aussi, après plusieurs crimes économiques restés impunis, a été remplacé durant la période de la fusion BTCI-UTB par un blanc : Patrick Mestrallet. Ce denier n’a pas duré car la mauvaise gestion, la médiocrité sont les habitudes du RÉGIME et le projet de fusion fut annulé. Actuellement, à la tête de l’UTB, il y a un certain Zakari Darou Salim, l’ancien DG à la retraite et fossoyeur de la BTD. Si vous m’avez bien lu, vous aurez remarqué qu’actuellement à la tête de la BTCI et de l’UTB, il y a deux anciens criminels économiques impunis de la BTD.

Alors, quel est le point commun entre toutes ses personnes ?

Elles étaient toutes membres du RPT et sont actuellement membres d’unir.

Et le personnel de ces deux banques ?

Avant d’aller plus loin, posez-vous d’abord la question de savoir comment se font les recrutement dans ces boîtes ? Avez-vous déjà lu des offres d’emploi ou des concours de recrutement pour des postes là-bas ? Absolument pas. Pourquoi ? Parce que pour y bosser, vous devez connaître une personne, qui connaît une autre personne qui à son tour connaît une personne qui connaît le DG bref il faut être du RPT avant et d’unir de nos jours. Vous ne me croyez pas ? Pourquoi d’après vous les agents de ces deux boîtes reçoivent mal les clients ? C’est parce qu’ils ne leur doivent RIEN et n’ont de compte à rendre qu’à leurs « parrains ».

Enfin et pour finir, si vous vous demandez ce qui reste actuellement et qui appartient réellement à l’État togolais, je tiens à vous rappeler qu’en juillet 2016, afin de lancer son emprunt sukuk de 150 milliards de francs cfa (228,7 millions d’euros), ce dernier (l’État ou plutôt Sa Majesté Champion Premier) a dû mettre en gage une partie de son patrimoine immobilier.

Lire aussi:La grogne du personnel de l’UTB-BTCI prend une nouvelle tournure

Quel patrimoine exactement ?

Il s’agit de douze actifs de l’État, dont les sièges de Togo Telecom, de l’Office togolais des recettes (OTR) , de la Loterie nationale TOGOLAISE (LONATO) ou encore de l’Union Togolaise de Banque (UTB).

2016? Nous sommes en 2019. L’État a-t-il remboursé cette dette qu’est le sukuk ? Je n’en sais rien mais je suis certaine que non.

Mais alors…qu’est-ce qui reste à vendre ou à mettre en GAGE ?

Il reste les togolaises et les togolais. Cependant, je n’en suis pas certaine et je crois plutôt que nous sommes déjà gagés…pour très, très, très longtemps.

Pauvres de nous !

Ah oui ! Mia gba tentéaaa? Gnawoooaaa? ALLONS-Y !!!

Fair Luci’s / FB







Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire