Togo : des avocats invitent Faure Gnassingbé à renoncer à un nouveau mandat

journaldumali.com





Trois avocats togolais ont demandé, mardi à Lomé, au chef de I’Etat, Faure Gnassingbé, à ne pas briguer un nouveau mandat en 2020, a appris APA.Dans une déclaration dont APA a obtenu copie, Mes Djovi Gally, Zeus Ajavon et Yaovi Degli, réunis au sein de l’Association pour la promotion de l’Etat de droit (Aped), ont estimé que M. Gnassingbé, à la tête du pays depuis 2005, « devra de lui-même prendre la décision, en toute âme et conscience, de ne pas se porter candidat à l’élection présidentielle de 2020 ».

​Lire aussi: Togo: des militants d’UNIR contre une candidature de Faure Gnassingbé en 2020

Selon eux, cela permettra de « répondre à l’esprit de la Constitution du 14 octobre 1992, dans sa version originelle ». « Il s’agit là, expliquent-ils, d’une proposition pour une sortie de la crise politique que traverse le Togo depuis août 2017 ».

L’association propose également la « libération totale, immédiate et sans condition de tous les prisonniers politiques », la levée immédiate de l’état de siège dans les villes de Sokodé, Bafilo, Kara et Mango, et la mise en place d’«une instance internationale neutre et indépendante » devant « remplacer la CENI pour l’organisation et la supervision des élections locales, législatives et de la présidentielle de 2020».

Lire aussi: « La présidentielle de 2020 ne m’interresse pas »- Brigitte Adjamagbo

Pour ces avocats, le Togo devra « opérer les réformes constitutionnelles et institutionnelles de manière consensuelle, de préférence par voie parlementaire ».

Ces réformes doivent viser notamment, à leur avis, la limitation du mandat présidentiel à deux fois cinq ans, avec la formule « en aucun cas nul ne peut faire plus de deux mandats », l’élection du Président de la République à un scrutin uninominal majoritaire à deux tours, le réaménagement des prérogatives entre le Président de la République et le Premier ministre, notamment en matière de nomination aux emplois civils et militaires.

« Six mois après la mise en place du Gouvernement issu des élections législatives, les états généraux de la Défense nationale doivent être organisés pour trouver une solution définitive au problème récurrent Armée/Nation », recommandent ces avocats.

Lire aussi: Togo: ces « affairistes » Français derniers remparts de Faure Gnassingbé [Médiapart]

Ils ont été empêchés de tenir une conférence de presse ce mardi à Lomé, les gendarmes soutenant que leur association n’avait pas de base légale. Pour leur part, ils indiquent que l’APED est légalement constituée et créée depuis 1990.

Me Zeus Ajavon était le coordonnateur du Collectif Sauvons le Togo, un regroupement de partis d’opposition et d’organisations de la société civile ayant drainé des milliers de Togolais dans les rues en juin 2012 pour exiger les réformes.

Source : journaldumali.com







Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire