Sortie de crise: Gerry Taama fustige la C14

togo matin n°320





Image d'archives

La crise politique togolaise s’enlise à cause l’intransigeance des leaders de la Coalition des 14 partis de l’opposition qui continuent par balayer du revers de la main, toutes les propositions de sortie de crise. Or, plus la crise perdure, plus l’économie se dégrade et c’est les Togolais qui en souffrent. Face à cette situation, le groupe des partis politiques centristes, né il y a quelques semaines, ne veut pas du tout garder le silence.

Lire aussi: « Meetings de la C14 ce week-end: voici le programme »

Les trois partis membres de ce regroupement souhaitent voir cette crise connaître une solution définitive et ceci dans un bref délai. Dans un communiqué publié hier, les centristes fustigent le comportement des membres de la coalition qui récemment se sont livré à une campagne de dénonciation contre le groupe des cinq qui exhortait tous les acteurs à faire rapidement les réformes pour aller aux élections.

Lire aussi: « Dialogue au Togo: la réelle position d’Akufo-Addo »

Pour les centristes, « toutes les solutions et propositions venant des pays ou institutions soucieuses du sort du Togo restent d’excellentes pistes de réflexion, qui devraient être appréhendées avec tact, écoute et ouverture ». Gerry Taama et ses amis déplorent le traitement réservé par certains acteurs politiques et des membres de la société civile, aux propositions du groupe des cinq, concernant leur analyse de la crise togolaise.

Lire aussi: « Togo: les chances du dialogue s’envolent! »

Ceux-ci sont les traditionnels partenaires techniques et financiers du Togo qui n’ont pas vocation à dire aux acteurs politiques togolais ce qu’ils souhaitent entendre, mais leur pleine lecture de la situation, même si la décision finale revient aux Togolais. Le groupe des centristes réitère ses propositions de sortie de crise qui se résument en deux points.

Lire aussi: « [Confidentiel]: Akufo Addo ne veut pas recevoir Fabre à Accra, les raisons »

Réviser la Constitution sur la base d’une synthèse des propositions de tous les acteurs politiques, par une adoption soit à l’assemblée nationale ou par référendum en laissant de côté la question de la candidature ou non de l’actuel président, quitte à la régler éventuellement lors d’un accord politique. Ensuite, l’organisation des élections locales et législatives suite à une révision en profondeur du cadre électoral.

Comme beaucoup d’autres Togolais, le groupe des centristes est impatient de voir cette crise prendre fin très rapidement, pour que le pays puisse participer à la compétition économique qui est actuellement très féroce sur le plan international.

Togo Matin N°320

Titre modifié







Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire