Le cas Kodjo passe à une vitesse supérieure !





illustration

Alors qu’on croyait à une accalmie sur le front politico-judiciaire, la crise du covid19 oblige, Agbéyomé Kodjo candidat malheureux à l’élection présidentielle du 22 février a été convoqué lundi par le Service central de recherches et d’investigations criminelles (Scric) de la gendarmerie aujourd’hui pour « les nécessités d’une enquête judiciaire ».

On croirait à un poisson d’avril par anticipation mais il n’en était rien de cela. Agbéyomé Kodjo, le président du Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (Mpdd), qui s’est autoproclamé président le 22 février dernier devra se présenter devant le Scric.

Arrivé deuxième avec 19,46 % des voix, contre 70,78 pour le président sortant Faure Gnassingbé lors de la présidentielle du 22 février dernier, Agbéyomé Kodjo ne cesse de revendiquer sa victoire. Et s’est auto-proclamé président de la République en dépit des résultats publiés par la Cour constitutionnelle. Pire il a nommé un Premier ministre et un ministre des Affaires étrangères, une bourde de trop pour les autorités togolaises.

Sur saisine du Procureur de la République, l’Assemblée nationale a levé son immunité parlementaire il y a quelques jours. Justiciable ordinaire, le candidat malheureux devra faire face à la justice pour répondre de plusieurs chefs d’accusations notamment : « troubles aggravés à l’ordre public », « atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat », « utilisation abusive des symboles de l’Etat », « dénonciation calomnieuse » et « diffamation ».

Colère de la dynamique Kpodzro

Comme on pouvait s’y attendre la « dynamique Kpodzro », mouvement qui a porté le candidat Agbéyomé l’heure est à la colère. La dynamique estime que son candidat n’a rien fait pour subir cet acharnement du pouvoir.

« Agbéyomé Kodjo n’a rien fait de délictuel, ni de criminel. Tous les actes posés s’inscrivent dans la revendication d sa victoire à l’élection présidentielle, ce qui n’est pas interdit par le code électoral » lit-on dans un communiqué de la dynamique.

 « Le régime a convoqué Agbéyomé Kodjo pour le livrer à la mort. Il s’agit d’un véritable complot visant à l’infecter du covid19 et lui donner la mort afin de l’empêcher définitivement de réclamer la victoire du peuple » selon toujours le communiqué.

Dounia No 651







Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire