Dialogue au Togo: l’opposition cède un peu de terrain

globalactu.com





Image illustrative (Archives)

La coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise dit avoir fait vendredi dernier, au cours du dialogue, une ‘concession de taille’ sur le retour à la Constitution de 1992. Selon la coordinatrice de la coalition des 14, Brigitte Adjamagbo Johnson interviewée par la radio BBC, la coalition a accepté qu’en lieu et place d’un retour intégral à cette constitution, que les travaux de son rétablissement prennent seulement en compte cinq (5) articles essentiels, notamment le bout de phrase « en aucun cas, nul ne peut exercer plus de deux mandats ».

Lire aussi:« Nouvelle suspension du dialogue: la réaction des acteurs »

« Le facilitateur a rendu compte de notre position à la délégation gouvernementale et est venu nous donner leur réaction qui est qu’ils n’acceptent pas que leur champion ne soit pas candidat en 2020. C’est à ce niveau qu’il y a toujours blocage », a-t-elle expliqué.

Doit-on rappeler qu’en septembre 2017, lorsque les travaux de la commission des lois sur le projet de loi relatif à la modification de la constitution avaient capoté avec le départ des députés de l’opposition, ces derniers avaient déposé sur la table un document contenant 47 amendements ? Pour eux, la prise en compte de ces amendements permettra le retour à la constitution de 1992.

La coalition des 14 pense qu’elle a dépassé les limites des concessions qu’elle peut faire. « En aucun cas, nous ne pouvons accepter que l’actuel président de la République soit candidat à l’élection présidentielle de 2020 », a-t-elle relevé ajoutant que pour eux (à la coalition, ndlr), « c’est quelque chose d’inacceptable ».

Lire aussi :Dialogue au Togo: les décisions majeures prises ce vendredi[Documents]

La secrétaire générale de la Convention démocratique des peuples africains (CDPA) se réjouit de la suspension de la préparation ‘unilatérale’ des élections par la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Elle se réjouit aussi de ce que le président ghanéen, Nana Akufo-Addo veut prendre personnellement en compte la question relative au reste des mesures d’apaisement.  « Nous allons lui envoyer les noms de ceux qui restent encore en détention au plus tard mardi et il y travaillera », a-t-elle annoncé.

 

Source: globalactu.com   (titre modifié)







Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire