Grève des enseignants: Bawara encore au cœur de la crise





Comme par le passé, le ministre de la Fonction publique, du Travail et du Dialogue social, Gilbert Bawara, vole de nouveau au secours du secteur de l’éducation en difficulté.

Il vient ainsi mettre au service du professeur Dodzi Komla Kokoroko qui est lui aussi un grand gestionnaire de crise, toute son expertise acquise pendant de nombreuses années.

A LIRE AUSSI: [Mysticisme]: au palais, le fantôme d’Eyadéma résiste!

Le professeur Dodzi Komla Kokoroko a fait ses preuves à l’université de Lomé. Alors que le temple du savoir vivait des crises chaque année à cause des revendications des étudiants, l’on assiste plutôt à une accalmie depuis quelques années. Le professeur Kokoroko a su répondre à bon nombre d’attentes des acteurs de l’université et a réussi à instaurer la discipline et l’ordre. Ce sont sans doute ces raisons qui ont milité en faveur de sa nomination à la tête du ministère en charge de l’Education.

Le chef de l’Etat attend certainement qu’il mette ses qualités au service de ce secteur qui connaît des crises répétitives. Avec un peu de chance, il  réussira le même exploit qu’à l’université de Lomé, dont il demeure d’ailleurs le président. Toutefois, quelles que soient les capacités dont il est doté, le ministre des Enseignements primaire, secondaire, technique et de l’Artisanat, aura toujours besoin d’appui.

A LIRE AUSSI: Tension entre ministres: le ministre Wateba déballe tout!

Et ce ne sont pas les savoir-faire du ministre Gilbert Bawara qui lui feront défaut. En effet, dans le bras de fer qui l’oppose au Syndicat des enseignants du Togo (SET), le professeur Dodzi Kokoroko peut compter sur les compétences de ce collaborateur de longue date du chef de l’Etat Faure Gnassingbé.

Pour rappel, Gilbert Bawara est arrivé au sommet de l’Etat aux premières heures de la gouvernance du président Faure Gnassingbé. Il a été au cœur des plus grands combats des dix dernières années  : crises dans l’éducation avec la Synergie des travailleurs du Togo (STT), la Coordination du syndicat des travailleurs du Togo (Cset), dans le secteur de la santé avec le Syndicat des praticiens hospitaliers du Togo (Synphot)….

Gilbert Bawara a également participé à la résolution de la crise politique née après l’élection présidentielle de 2010 avec les manifestations hebdomadaires de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) de JeanPierre Fabre appuyées par le Front républicain pour l’alternance et le changement (Frac), la crise issue des manifestations du Collectif sauvons le Togo (CST), celle engendrée par le Combat pour l’alternance politique en 2015 (Cap 2015).

A LIRE AUSSI: Fonction publique: ça chauffe entre Bawara et un proche d’Atchadam

À tout cela, il faut ajouter la grave crise politique du 19 août 2017. Gilbert Bawara est devenu l’homme à débloquer les situations complexes au sein du gouvernement. Sa longévité au sommet de l’Etat est révélatrice. Du ministère des Affaires étrangères, de la Coopération et du Nepad, au ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Réforme administrative en passant par le ministère de l’Administration territoire, et entre-temps comme conseiller spécial du chef de l’Etat, le parcours est assez édifiant.

La discrétion de l’homme fait de ses sorties des réussites. Il est vrai que le poste qu’il occupe actuellement l’oblige à intervenir dans les affaires impliquant les agents de l’Etat, dont ceux du secteur éducatif. Mais, fondamentalement, le ministre Gilbert Bawara, en gestionnaire de crise expérimenté, est un soutien de taille pour le ministre professeur Kokoroko en ce moment précis.

Togo Matin No 855







Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire